La nouvelle cathédrale sème des discordes au sein de l’église catholique

Par Ghislain Baraka


La nouvelle cathédrale en pleine construction. Foto: Pius Gianada

En 2002 l’église catholique de Goma a désiré bâtir une nouvelle cathédrale au quartier Keshero. C’était l’année où le volcan Nyiragongo à l’est de la République démocratique du Congo a fait éruption. La lave a détruit une grande partie de la ville, entre autre la cathédrale de Virunga en commune de Karisimbi. Les chrétiens avaient commencé à faire des contributions pour ce projet de construction sur demande des prêtres. Mais l’argent est disparu sans trace selon des sources bien informées.

Les mêmes sources nous ont révélé que suite au manque de transparence dans le chef des autorités diocésaines, vers la fin de l’année 2017, une lettre de demande de justification avait été adressée à l’évêque par 7 prêtres du diocèse de Goma. Ces clergés lui demandaient comment était géré le trésor de l’église.

Cette pression avait poussé l’évêque, à travers l’économe général, à réagir. « Apres avoir vendu une ferme à Masisi et une grande partie de la parcelle de l’église située derrière le Lycée Cemcemu au centre-ville, les fonds avaient servi à la réhabilitation du centre d’accueil Hosana du diocèse de Goma situé à Kigali au Rwanda et le centre d’accueil Isidore Bakanja près de l’hôpital Heal Africa en ville de Goma ». Justifications de l’évêque dans une lettre signée par l’économe général du diocèse.

Rien n’a été révélé par l’évêché concernant la construction de la nouvelle cathédrale dans cette réaction ; ajoutent nos sources.  Ces vérités n’ont jamais été révélées aux membres de l’église de Goma qui, ne savent plus rien sur l’évolution budgétaire du chantier, tel que cela était fait avant que la première dame honoraire ne promette contribuer.

Pour sauver la cathédrale, Olive Lembe Kabila, l’épouse de l’ancien président congolais, Joseph Kabila, coopère depuis quelque temps avec Théophile Kaboy, évêque du diocèse de Goma.

Pendant la cérémonie de la pause de la première pierre à la cathédrale en cours de construction, l’ancienne première dame avait promis offrir un montant équivalent à 40 pourcents pour le début des travaux. Elle avait aussi promis toquer sur d’autres portes pour chercher d’autres financements.

Aurait-telle convaincu d’autres bailleurs ? Aucune réponse officielle de la part des prêtres. Mais un proche de Théophile Kaboy a confirmé que Madame Lembe finance la construction de ce bijou dans la commune de Goma. Elle aurait demandé que rien ne soit publié que jusqu’à la fin des travaux selon cette source.

Aujourd’hui plusieurs prêtres dont nous gardons l’anonymat disent ne pas savoir d’où vient le financement de la cathédrale. Mais ils observent que les travaux évoluent.

Jusqu’en 2015, chaque paroisse donnait un rapport hebdomadaire aux fidèles, et cela détaillait la caisse du projet de construction de la cathédrale. A nos jours cela n’est plus le cas. Certains fidèles disent avoir perdu confiance et ne plus apporter des aumônes pour d’autres projets. Ils craignent que leur contribution puisse être détournée.

En outre, quelques jeunes catholiques croient que l’église de Goma rendra des comptes à la famille de Joseph Kabila. « Sa contribution apporte une dette morale car l’église dira que c’est elle qui avait beaucoup contribué pour la construction de cette édifice. On peut aussi se poser la question où la première dame, épouse du chef de l’état, tirait-t-elle cet argent.»

Il faut savoir que le financement de la cathédrale est survenu juste en période électorale. Depuis décembre 2016 les Congolais devraient normalement voter un nouveau président. Mais ça a traîné jusque décembre 2018. Finalement Kabila a accepté à ne plus être candidat comme la constitution le lui demandait.

Mais il y a aussi d’autres opinions ; quelques fidèles félicitent Madame Kabila pour sa contribution. Ils pensent que cet acte charitable est louable :

« C’est vrai qu’elle s’est impliquée dans des travaux de construction dans une période proche des élections. Mais ça dépend de ce qu’elle interprète à l’intérieur de son cœur, toutes ces idées ne sont pas intéressantes. L’essentiel est que notre cathédrale est entrain de bien être construite, et c’est nous les fidèles qui en profitons. Ces gens qui critiquent Lembe, ont-t-ils des preuves ?

D’autres habitants de Goma, n’étant pas catholique, ont réagi avec contradiction. Les uns encouragent l’œuvre qu’ils jugent de charitable et d’autres accusent la famille de Kabila d’avoir privilégié l’église catholique au détriment d’autres confessions religieuses.

Le diocèse de Goma compte aujourd’hui 6 millions des fidèles. Le budget de la construction de la nouvelle cathédrale a varié, au début il était de 5 millions de dollars et aujourd’hui les sources proches de la coordination des laïcs catholiques parlent de 7 millions, après la revue à la hausse.

En tout cas, l’affaire autour de la cathédrale divise les Gomatriciens et pourtant une église devrait unir la population et créer l’harmonie.

Zwietracht

Die katholische Kirche in der ostkongolesischen Millionenstadt Goma hat 2002 beschlossen, eine neue Kathedrale zu bauen. Denn die alte Kirche war zuvor beim Ausbruch des Vulkans Nyiragongo zerstört worden. Die Gläubigen haben dafür Geld gesammelt, aber dieses ist verschwunden.

Als einige Priester beim Bischof nachgefragt haben, stellte sich heraus, dass die katholische Kirche eine Farm im Masisi-Gebirge verkauft hatte und mit diesem Geld andere Projekte finanziert hatte. Von der Kathedrale war nicht die Rede.

Trotzdem ging der Bau voran. Und es wurde bekannt, dass Olive Lembe Kabila, die Ehefrau des damaligen Staatspräsidenten Joseph Kabila zugesagt hatte, 40 Prozent der Kosten zu übernehmen. Sie werde zudem weitere Sponsoren suchen.

Allerdings ist die Finanzierung bis heute undurchsichtig. Man weiß nicht genau, woher die sieben Millionen Dollar für den Neubau der Kathedrale stammen. Einige Gläubige haben das Vertrauen verloren und spenden nicht mehr. Außerdem ist die Großzügigkeit der Präsidentengattin just bekannt geworden, als im Kongo Wahlen anstanden. Nach langem Gezerre ist Kabila zwar nicht mehr angetreten. Aber manche meinen trotzdem, die katholische Kirche sei in der Schuld der Kabila-Familie. Sie ist noch immer mächtig.

Andere dagegen freuen sich über die neue Kathedrale.

In jedem Fall ist klar: Das Gotteshaus streut Zwietracht unter den Gläubigen.


(Zusammenfassung: ju)

Keine Kommentare mehr möglich.

Powered by WordPress | Designed by Elegant Themes